à propos | Le mal en patience

 Et le temps saigne sur le temps
Ai-je ôté cette fois assez de pétales pour toucher l’illusion d’un cœur
Enfin le centre dénudé demeure-t-il une lueur
Ou bien n’étais-je fait que d’ombres entassées ?

Olivier Barbarant, Ode en forme de rose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s