Ininterruption

et que je dorme un peu
Puisque vous reposez
P. Verlaine

Pas de cri
Pas de lame

Un étant, humide
Autour des yeux

Baigne la fatigue
Et l’ivresse quand

Dehors, luit, vivement
Le pavé, rouge

Et dedans une flamme
Jaune, bleue, grise

Tassé, souffle lent
Doigts précis

Lourdes tours
Frappent le verre

Un peu sourd
Ou indifférent

Au coton
Qu’il embrume

A la solitude
Qui s’additionne

Dans la torpeur
Et le murmure

Je songe
A la bandoulière

Au seing,
Qui me barre

A l’écharpe
De néant

Au brouillard
De la vue

Rugueuse
Et friable

Brique bistre
Qui réchauffe

De son regard
– Je ne sais pas

Comme une rose
Des sables

Une larme
Au tour du visage

17 xii 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s