Fureur intacte *

Les Heures brèves

Entre les deux il n’y a rien de Mathieu Riboulet /

Je l’annonce sans détour, je tiens l’écriture de Mathieu Riboulet comme l’une des plus belles de la littérature francophone actuelle, et Entre les deux il n’y a rien comme l’un de ses livres les plus aboutis. Dans un entretien, Riboulet reconnaissait sans fausse modestie être parvenu à présent à une certaine maîtrise de son outil. Cela saute aux yeux à chaque page. J’ajoute que la pensée qu’il développe est puissante et vivante. Mathieu Riboulet est un des auteurs majeurs de notre temps. C’est dit.

Pour préciser ce qui précède, j’évoquerai un autre auteur des Éditions Verdier, David Bosc. Sa langue est ciselée, travaillée, impeccable. Son propos, toujours très construit, est nourri par une vaste érudition. Ce qui les différencie pourtant, c’est que tandis que Bosc écrit avec sa seule tête, Riboulet écrit avec son corps, tout son corps, tête…

Voir l’article original 924 mots de plus