Puits

Puis vinrent les nappes
Le brouillard et l’eau
Puis vinrent les doigts
Qui battent ls mesure
Puis vint le cœur
Qui bat plus sourd
Puis revint l’infini
Entre les oreilles
Comme un philtre
L’autre énigme
Du temps
Puis revint la nuit
Blanche et sèche
Et la faim, peut-être ?

8 xii 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s