Eux

C’est comme si
Ils me regardent

Mes mains, pourtant
Sont sur eux

Mais je continue
A les voir peser

Je ferme les yeux
Je veux dormir

Dans mon sommeil
Ils me regardent

A l’intérieur
Derrière les paupières
Je les vois
Insensibles

Eux me regardent
Et descendent jusqu’au sang
Soudains tendus dans l’arc

Halluciné, je les perds

Ils ne s’offrent pas
Mais pèsent
Sur ma voix

Cendres de rose
Terre amère
Je les revois…

4-6 xii 2014

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s