Écart

Dans l’âtre
Divague
La tête
Entre
Je ne sais plus
Ce que fondent
Ces bras
Sont-ils
La cendre tiède ?
Du linge échu
L’horizon ?
Qui ploie
Sous mon ombre
Là est le soufre
Mais l’idée
Est ailleurs
Alors que
S’étoffent
Les feuillets
Comme saigne
Le pavot
La soie
Est lucide
Et palpable
De la trace
Une plaie
13-15 v 2012

Tanin

De sa peau
Je suis
Une pierre

Peut-être

L’améthyste
De son aura
Insomniaque
Du sommeil
J’entends
Les plis intérieurs
De mon corps
J’écoute
Le douloureux respir
Une même vague
Qui se bat
Contre le visage
Assis
Dans le silence
Où percolent
Les mots
La nuit me ploie
Dévaste la faim
Et se hâte
Me laissant
Au rivage
Des draps
Qui me saignent


Puisque
Je songe
À cette corolle
Que souvent
Je dévore
Sortant bruyamment
De mon rêve
Pour la manger
Tout à fait
Mais d’avoir
Écrié le tourment
N’apaise pas
Mon angoisse
Buvard
De l’onirie
Elle me boit
Jusqu’au lit
15 v 2012

Blanche

Je n’ai pas peur des spectres.
Les vivants ne sont terribles que parce qu’ils ont un corps
M. Yourcenar, Feux
Il y a la faim
Que l’on a
Et celles
Que l’on veut
Les nuits sèches
Où se refuse
Le sommeil
La respiration
Du silence
Qui se froisse
11 v 2012

Langue

 

The sunshine girl is sleeping
She falls and dreams alone
And me I am her dagger
The Hope Blister (Slowdive), Dagger
Le ressac
La mer
Et la faim
La langue
Est un refuge
La soie-f
D’une rage
Elle se tourne,
Cette fois, dit-on
Elle embrase
Divague
Et dépasse
Les frontières
De sa voix
Le grain
Des yeux clos
Sur la dague
Un animal
Enfoui
Dans le cou
Langue
Est la nuit
Qui me pend
La moisson
De la peine
 Le sable
Du ressac

9 mai 2012

Rencontre

 
 
 

 

J’ai la même teinte que ta bouche
Je suis le vide dans ta voix
O. Barbarant, Essai de voix pour la très obscure
Le flot
Soudain
Une voix qui,
D’abord, parle
Puis se pose
Interrogative
  Je ne vois plus
J’entends
Et je bois
Immergé
Sans gravité
Le souffle et le grain
De la distance
Et l’empreinte
L’accent fragile
La demande
Le désir rauque
Du tabac
La paix,
Enfin le repos
Et le sommeil,
Que je refuse
28 iv-3 v 2012

Flot

 

L’amour viendra par l’ouest
Comme un cri cherche une bouche
Dominique A., Par l’ouest
Je sens la colère
Mais je veux la faim
Cette voix
Immense
Qui monte
D’un lointain sommeil
J’entends
L’étreinte
La cire froide
J’épuise
Par ressac
Incessant
Le pli offert
Buvard
Jusqu’au trouble
D’une vue
Si droite
Accourt
Sous les joues
Le déluge
Le venin rouge
S’annonce
L’étonnant crépuscule
Autre venin
Qui embrasse
Mes mains
Les scelle
Au hagard
Au tonnerre
De la plume
Au vertige
Du déluge
A l’impossible vin
À la dépossession
Du vent
2 v 2012