Ivy’s Tale


Pour K. B.

J’ai le violent désir

D’une flamme ondoyante

Comme un laurier désinvolte

Brun, glace et soyeux

Que mord la lumière

De ces yeux perpétuels

Que tisse la loi

La peau fraiche

Comme la lumière cendrée

De la lune, les joues

Débordent

J’ai le violent désir

D’éflorer la surprenante rigueur

L’origine du mouvement

Le pli céleste de la faim

Et de l’amour, évanouis

Au lieu endolori…

19-22 viii 2008

Sévère

 

De son front

Je veux effacer

La marque

Du souci

De ma main

Je veux scinder

L’horizon vertical

La hauteur de l’opale

Poursuivre la trace

De l’encolure

À la gésine

Écarter les pans

De l’âtre, p(o)ur

Contempler l’angoisse

Qui me tient en vie

Goûter

Avec les dents

Le lai qui effuse

Dans le repos

De ce regard

D’eau pâle

Qui m’astreint

Je veux soustraire

La douleur qui perce

Atténuer le creux des joues

Je veux en manger

La paix et la patience

Le mal et le miel

13-19 i 2012

Impromptu-e

Je cherche

Mon corps

La peau

Et son remords

Je pense

La pluie

Aigrie

J’attends

Le goût

Je me plie

Au temps

De l’absence

Une houle

Dans la gorge

Me noue

J’habite

Le vide

Du temps

Vague

À lame

Comme

Une algue

Quel est

Cet âtre

La peau [toujours]

Dén(o)uée

Pluie grasse

Que je ne ressens

Plus, ni le temps

Suis prisonnier

D’une absence [encore]

J’écrie

Les angles

Du mutisme

Glisse

Le nerf

Entre

Mes doigts

Trop longs

La fièvre

Un lait

Trop bu

Est froide

Crayon noir

Sans les yeux

1er-2 i 2012