Éclipse

Terrible silence
Dans le luisant
De la nuit profonde
Froide terreur
De ténèbres familières
Lumières glacées
Oranges blafardes
Serpentins lumineux
Sur les hauteurs
Manteau de soir
Sous mes doigts
La soie fébrile
Sépulcre hivernal
Guirlande infinie
D’yeux rouges
Comme une vague immense,
Un mascaret silencieux
Les points d’une douleur
Incolore comme la nuit
Qui se mange
Comme une parole
Muette
2-11 janvier 2010

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s