Monade

Tu es du sexe des formes rêvées, du sexe nul des formes imprécises
F. Pessoa, Le livre de l’intranquillité de Bernardo Soares

L’hiver de la peau
Sur les doigts
Me fissure

C’est une monade
Sans portes, ni fenêtres
L’anneau de ma disparition

Elle ne saigne pas
Sa voix est inodore
Ses yeux incolores

Elle gît à côté de moi
Comme un bois
Dont le vivant m’échappe

Un corps odieux
Une fuite sans issue
Sans sommeil ni saveur

Elle contracte
La promesse
Mon désespoir

19 iv 2009

—————-
The Hope Blister – Dagger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s